Les créations

HAROLD ET MAUDE de Colin Higgins

Création 2018

de Colin Higgins
Adaptation de Jean-Claude Carrière
Mise en scène de Jean-Denis Monory

Plus actuelle que jamais cette œuvre bouscule le sérieux de nos existences, fait rejaillir les ruisseaux de nos enfances, nous vise en plein cœur !

Le jeune Harold Chasen, à l’imagination débordante et morbide, cherche désespérément à attirer l’attention de sa mère, veuve et femme d’affaire surbookée. Et pour se détendre il va… aux enterrements !

Maude va fêter ses 80 ans. Incontrôlable, imperméable à tous les tabous, libre comme l’air, elle court… les enterrements.

La rencontre de ces deux oiseaux rares pulvérise les barrières entre générations, renverse les notions de bien et de mal, de vie et de mort, de droits et de devoirs…
Une histoire d’amour anti-conventionnelle dont le cinéaste Hal Ashby a fait dans les années 70 un film devenu culte. l’adaptation pour le théâtre de Jean-Claude Carrière, quelques années plus tard, n’a pas pris une ride. Son humour tantôt féroce, tantôt plein de poésie, nous décape, nous ramenant à quelque chose de pur, de transparent, comme un rire cristallin, comme … la vie !

L’équipe artistique

Avec :
Sophie-Iris Aguettant
Léo Pochat
Lorenzo Charoy
Cécile Maudet
Peggy Martineau
Enrique Medrano
Augustin Lormand

Texte : Colin Higgins
Traduction : Jean-Claude Carrière
Mise en scène : Jean-Denis Monory
​Scénographie : Lorenzo Albani
Costumes et perruques : Chantal Rousseau
Assistée de : Oksana Marino
Lumières : Philippe Bourgeais
Bande sonore : Philippe Rabuteau
Musique originale : Jean-Marie Wilmaut interprétée par : Eric Allard-Jacquin
Aménagement scénique : Les Ateliers des Forges
​Communication : Brigitte Frénoy

Durée : 1h30
dès 13 ans

Production : Compagnie La Première Seconde
Attachée de production : Véronique Feugère
Chargée de Diffusion : Cécile Gross

Le mot du metteur en scène

Je cherchais à mettre en scène une pièce qui parle à tous : accessible, légère et drôle, et en même temps qui soit capable de toucher le cœur des Hommes, et qui parle de liberté et d’aliénation, d’amour et de conformisme, tant de sujets qui me tiennent à cœur ; et voilà, Harold et Maude, qui, forte de ses origines « hippies » des année 60 – 70, si contestataires, résonne encore bien étrangement aujourd’hui.

Jean-Denis Monory

Dates

1er-25 mars 2018 : Théâtre de l’Epée de Bois-La Cartoucherie Paris
22 juin- 8 juillet : Soirées d’été du Château de Machy – Lyon
25-30 juin 2019 : Soirées d’été du Château de Machy – Lyon
17 novembre 2019 : Théâtre Les 3 Pierrots St Cloud
2 novembre 2019 : festival Ticket Culture Le Grand Lemps
5 novembre 2019 : Théâtre Charcot Marcq en Baroeul (lille)
7 novembre 2019 : L’Athénée petit théâtre Rueil Malmaison
12 novembre 2019 : Centre culturel d’Uccle – Bruxelles

La presse en parle

« Drôle et caustique, tendre et bouleversante, cette pièce est un joli voyage au pays de la tolérance et de l’amour, un hymne à la vie aussi. »
Le Parisien Culture et Loisirs

« Une pièce excessivement réussie, on rit, on s’émeut, on se transforme. Une belle leçon de vie…. »
Emission L’Oeil du prince

« Cette pièce est faite pour vous, ce serait un sacrilège de ne pas y courir… la mise en scène est un véritable chef-d’œuvre, une leçon de vie, de philosophie et de simplicité. »
Sorbonne Nouvelles Vagues

« Gonflé et superbement réussi: que du bonheur ! Véritable hymne à l’amour, à la liberté synthèse contestataire de la société de consommation aliénante d’aujourd’hui. A l’instar d’Harold, la salle entière tombe amoureuse d’Iris Aguettant »
Culture Top et Atlantico.fr

« Harold et Maude » est un spectacle transgénérationnel qui nous fait du bien. Rencontre foisonnante entre l’humour noir, la tendresse et la poésie. Un duo magnifique qui fonctionne avec grâce. »
La Critiquerie

Le choix d’harold et maude par iris Aguettant

Aimer la Vie et la traquer instant après instant quelle que soit la forme sous laquelle elle s’offre, fraterniser avec tout..

Le choix de monter Harold et Maude de Colin Higgins, outre le besoin partagé de simplicité et de poésie, répond au désir plus profond d’inviter le spectateur à descendre vers la sérénité, la vraie, celle qui, comme Maude est revenue de si loin – elle a connu les camps de concentration et perdu son mari à la guerre – qu’elle n’a plus rien à perdre, qu’elle n’a d’alternative qu’entre désespérer de la nature humaine ou l’aimer inconditionnellement, éperdument. Aimer la Vie et la traquer instant après instant quelle que soit la forme sous laquelle elle s’offre, fraterniser avec tout, s’interdire tout jugement, serait-il justifié, et permettre au « hasard » de faire irruption, de briser le carcan des habitudes, d’inviter la beauté à passer par là ! Voilà ce que fait Maude, ce que vit Maude, au nez et à la barbe de tous les bien-pensants que nous sommes, voilà ce qu’elle propose à Harold et qui va le sauver, car la fascination pour la mort et les simulacres de suicides de ce garçon désespérément «irrécupérable» et néanmoins génial, ne pouvaient être pour des yeux bienveillants, que pure provocation !​

Puisse cette pièce nous offrir une échappée du côté de notre espièglerie d’enfance, comme une furieuse envie de vivre : «… mais allez-y Bon Dieu, foncez, tant pis si ça fait mal, sinon, de quoi parlerez-vous au vestiaire ? » Acte 1 scène 11, suite.

TEASER - Harold et Maud

Découvrez en quelques minutes les extraits de représentations de Harold et Maud tournés en 2018.

Ne manquez plus un événement !

Recevez les actualités de la compagnie La Première Seconde dans votre boite mail