Les créations

LE RETOUR DE DORUNTINE

Création 2019 d’après Ismaël Kadaré

avec Cécile Maudet, comédienne
Création sonore de Bertrand Boss et Guillaume Zenses
Création images : Philippe Bourgeais

« Qui n’a jamais rêvé de voir quelqu’un aimé revenir des terres de l’au-delà ? même si cela ne peut jamais advenir, ni n’adviendra jamais dans des siècles et des siècles…« 
Ismaïl Kadaré –

Quelque part en Albanie, dans les forêts épaisses de l’Europe centrale, sous une myriade d’étoiles, un cheval galope monté par un homme couvert de boue et une jeune femme. Elle s’appelle Doruntine, elle rentre au village heureuse de retrouver les siens après des années d’absence. Et lui ? Qui est-il ce cavalier qui jamais ne se retourne  ? Un amant ? Un imposteur ? Constantin, son frère décédé il y a 3 ans ? La question se pose suite à la mort étrange de Doruntine et de sa mère quelques jours après son retour. Le Capitaine Stres, policier scrupuleux et vaguement désabusé est chargé d’y voir clair.

Un polar qui se transforme mots après mots en un conte fantastique

Equipe artistique 

une idée originale de Cécile Maudet
avec la complicité de Sophie-Iris Aguettant
Récitant : Cécile Maudet, comédienne
Création sonore de Bertrand Boss et Guillaume Zenses

Production : Compagnie La Première Seconde

L'intention

Plonger dans l’univers d’Ismail Kadaré c’est accepter l’incertain, le mystère. Cet auteur albanais qui a été confronté à un communisme des plus rigide, à un système rationaliste et enfermant, brouille les pistes de la normalité à chaque page. Nous conduisant aux sources de sa culture, tout à la fois archaïque, tragique et poétique il nous invite à visiter nos propres sédiments intérieurs.

« Qui sait ce qui se cache en chacun de nous ? » se demande Stres, notre héros

C’est peut-être là le véritable enjeu de cette enquête policière et fantastique : un lent dévoilement de l’essentiel, comme une source qui affleure à travers la boue, dont on ne sait ni d’où elle vient, ni à quelle moment elle est apparue exactement.

Au pays de Doruntine, c’est la bessa (nom issu du Kanun*) « la parole donnée », qui tient lieu de Loi. Au delà des sept montagnes, au-delà de la mort, ce que l’amour a scellé, rien ne peut le défaire.

Kanun, nom du code de droit coutumier médiéval albanais

Dates

5, 6, 7 juillet 2019 : Soirées d’été du Château de Machy
5 septembre 2019 : Centre Culturel, les Ateliers de Chatressac – Royan

Un mot sur l'auteur

Romancier engagé, essayiste, dramaturge, poète, Ismaïl Kadaré est considéré depuis quelques années comme l’un des plus grand écrivains de notre temps. Son oeuvre a été traduite en plus de 40 langues faisant de lui l’auteur albanais le plus lu à l’étranger.

L’IMAGE

Comme des apparitions sorties d’une lanterne magique, les images, ou plutôt des traces de lumière et d’ombre apportent ce que le théâtre ne saurait traduire d’un roman à lui tout seul : l’imaginaire au-delà des mots. La chevauchée nocturne, le voyage interminable, des myriade d’étoiles .…

L’ ADAPTATION

L’adaptation n’a d’autre mission que de suivre la trace du roman sans rien y ajouter, de garder le fleuve profond du récit autant que le rythme et le « suspens » de l’enquête. Elle s’attache simplement à suivre au plus près le cheminement du Capitaine Stres.

LE SON

Tout est rythme. L’ inspecteur Stres mène l’enquête. Il se déplace sans cesse; de son bureau, à son domicile, chez les Vranaj, au cimetière…. C’est un flux et reflux, un va-et-vient qui devient pulsion de la parole. Quelque fois un piano joue au loin et en lui, distillant dans sa conscience un monde inconnu. La comédienne devient son/musique, la bande-son devient jeu .

Ne manquez plus un événement !

Recevez les actualités de la compagnie La Première Seconde dans votre boite mail